C’est lundi que s’ouvrait le XIIe Congrès de Teamsters Canada et des délégués de toutes les sections locales et conférences y étaient représentés. L’événement est historique puisque les délégués ont voté unanimement pour créer un poste de représentante des femmes sur le Comité exécutif de Teamsters Canada.

Le président général Jim Hoffa, ainsi que le secrétaire-trésorier général de la Fraternité internationale des Teamsters (FIT), de même que le député de Vancouver-Kingsway, Don Davies, étaient présents au congrès.

« Le slogan de notre congrès est « Nos membres, notre force ». Il est très important puisque ce sont les membres qui font la force de notre syndicat et nous en aurons besoin afin de faire face à ces dirigeants d’entreprise qui font reculer les conditions des travailleurs, a expliqué d’entrée de jeu le président de Teamsters Canada, François Laporte.

Le secrétaire-trésorier général Ken Hall a félicité les délégués pour avoir créé un poste dédié aux femmes sur le Comité exécutif de Teamsters Canada. « Tous les membres doivent être inclus et j’aimerais vous remercier puisque vous prêchez par l’exemple en créant ce poste », a-t-il expliqué.

Le président général Hoffa a exprimé toute son admiration du premier ministre Justin Trudeau, notamment à la suite du rétablissement de l’accréditation automatique des travailleurs sous juridiction fédérale et de l’abolition de lois anti-travailleurs mises en place par le précédent gouvernement conservateur. « Nous avons recruté 35 000 nouveaux membres l’année dernière, mais qu’est-ce que ce serait si nous avions nous aussi (aux États-Unis) l’accréditation automatique? » a-t-il expliqué. « Nous voulons, nous aussi, atteindre cet objectif, mais la guerre contre les travailleurs continue aux États-Unis. Cependant, nous sommes un syndicat fort et nous continuons la lutte. »

Le député fédéral de Vancouver-Kingsway, Don Davies, a également souhaité la bienvenue aux délégué(e)s en leur rappelant qu’il était là pour défendre les intérêts de la classe moyenne au Parlement canadien. « Je garde dans mon portefeuille ma carte du syndicat des Teamsters pour ne jamais oublier les valeurs et les principes qui m’animaient quand je travaillais pour les Teamsters et qui continuent de me guider encore aujourd’hui à titre de député fédéral, » a-t-il fait remarquer. « Je crois que tous les métiers sont honorables et c’est ce qui explique pourquoi la promotion des valeurs syndicales est dans le code génétique de ma formation politique. »

Création d’un poste de représentante pour les femmes sur le Comité exécutif

Le premier jour du congrès a vu les quelque 148 délégué(e)s voter à l’unanimité pour les changements aux règlements de Teamsters Canada. Ils refléteront désormais l’identité sexuelle ou l’expression de l’identité sexuelle des membres.

Les délégué(e)s ont ensuite voté unanimement en faveur de la création d’un poste de représentante des femmes sur le Comité exécutif de Teamsters Canada, ce qui a été accueilli avec un grand enthousiasme par l’ensemble des membres et plus spécifiquement par les Caucus des femmes des Teamsters partout au pays.

« Je suis ravie! » a dit Gaye Autoshchuk, une membre de la Section locale 155 à Vancouver. « Je pense que d’avoir une femme sur le Comité exécutif va inciter plus de femmes à joindre le syndicat des Teamsters. » Au Canada, le syndicat des Teamsters compte trois Caucus des femmes: un à Vancouver, un en Ontario et un autre au Québec.

« Nous sommes très heureuses du changement aux règlements qui ajoute un poste de femme sur le Comité exécutif de Teamsters Canada, » s’est enthousiasmé Lenna Phenix de la Section locale 879. « Je peux à peine imaginer à quel point cela aidera les Teamsters canadiens, d’autant plus que l’effectif syndical de Teamsters Canada compte 20 % de femmes. » La militante syndicale ajoute que ce changement aux règlements aidera non seulement les Teamsters pour le recrutement de femmes, mais il encouragera aussi celles-ci à s’impliquer dans les affaires syndicales.